مرحبا بكم في موقع " أزيــلال24 "، جريدتكم المفضلة ـــ اتصلــوا بنا : /[email protected] او [email protected] /         بسبب “ياسمين”.. مافيا هولندية تحرق سيارة اللاعب المغربي “إحتارين” الفارهة مباشرة بعد زواجه             مفاجآت غير متوقعة .. هؤلاء اللاعبين سيتم طردهم من المنتخب المغربي             تعليمات بإعتقال مسؤولين وموظفين بوزارة الخارجية إختلسوا الملايين             إعفاء مفاجئ للمدير الجهوي للصحة بجهة بني ملال خنيفرة وتعيين دكتور احمد دوهو خلف له ....             مدينة قلعة السراغنة : مفتش شرطة اضطر لاستخدام سلاحه الوظيفي بشكل تحذيري             جماعة زاوية الشيخ : إصابات متفاوتة الخطورة في حادث انقلاب حافلة لنقل المسافرين             الملك محمد السادس يتلقى دعوة الجزائر لحضور القمة العربية             مجزرة "الماحيا"... ارتفاع عدد ضحايا الماحيا ل 14 قتيل بالقصر الكبير             الأميرة سلمى تظهر في مدينة أصيلة وتبادل الناس التحايا والابتسامات             نداء إلى المحسنات و المحسنين ذوي القلوب الطيبة : ارجاع البسمة الى وجه هذه الطفلة والفرحة الى العائلة             شوهة...الجماهير تقتحم الملعب بعد نهاية المواجهة الودية بين المغرب الشيلي            ندوة لتقديم حصيلة برنامج التنمية القروية بأزيلال وصفرو            مهرجان ازيلال وحاتم عمور مع الجمهور             festival Azilal 2022 كوكتل من الأغاني             شباب اليوم ، الله اسمح ليهم من الوالدين            كووووول و وكَل             عيد الاضحى هو التقرب الى الله عز وجل ، وليس التباهي والتفاخر بين الناس             عملية جراحية ببطاقة الراميد             لا لا ماطيشا ولات عندها الشان             وعد الدولة لغير الملقحين             عبد المجيد تبون ( سكران ) : والله ما تدوز شى طيارة             الباقي بعد الانتخابات ...            الفرق بين الزكاة و الضريبة             الودااااع            
البحث بالموقع
 
صوت وصورة

شوهة...الجماهير تقتحم الملعب بعد نهاية المواجهة الودية بين المغرب الشيلي


ندوة لتقديم حصيلة برنامج التنمية القروية بأزيلال وصفرو


مهرجان ازيلال وحاتم عمور مع الجمهور


festival Azilal 2022 كوكتل من الأغاني


فيديو كليب للفنان حماد أوزود في مناظر طبيعية إقليم أزيلال

 
كاريكاتير و صورة

شباب اليوم ، الله اسمح ليهم من الوالدين
 
الأخبار المحلية

أزيــلال : حي " تشيبيت " يستنكرون تغير مذاق مياه الشرب.. مياه الصنبور غير صالحة للشرب


عامل اقليم أزيلال ، السيد محمد عطفاوي ، يقدم واجب العزاء لعائلة المشمول برحمته محمد الداغي ...


أزيــلال : صاحب مطعم “طاجين الدود” يغادر أسوار السجن المحلي


ازيلال: رئيس الجماعة الترابية يعلن عن الدورة العادية لشهر اكتوبر .


دمنات /دوريات أمنية بمحيط المؤسسات التعليمية لتوفير الأمن والحفاظ على سلامة التلاميذ .

 
إعلان
 
الرياضــــــــــــــــــــة

مفاجآت غير متوقعة .. هؤلاء اللاعبين سيتم طردهم من المنتخب المغربي


أطلس ماراثون.. تنظيم الدورة الأولى من 14 إلى 16 أكتوبر المقبل بأزيلال


وفاة "حدو جادور" أسطورة ألعاب القوى في المغرب

 
الجريــمة والعقاب

مقترح قانون يهدف لتشديد العقوبات على مغتصبي الأطفال تصل إلى المؤبد..


اعتقال خليجيين بعد قنصهم لأعداد كبيرة من طيور اليمام نواحي مراكش

 
الحوادث

جماعة زاوية الشيخ : إصابات متفاوتة الخطورة في حادث انقلاب حافلة لنقل المسافرين


ازيلال : مصرع شخصين جراء سقوط شاحنة ببحيرة بين الويدان

 
الجهوية

إعفاء مفاجئ للمدير الجهوي للصحة بجهة بني ملال خنيفرة وتعيين دكتور احمد دوهو خلف له ....


والي جهة بني ملال : التطور الحضري والعمراني يتسم بتنامي المناطق الضاحوية والمراكز القروية


الفرقة الوطنية للشرطة القضائية تنهي التحقيق مع الوزير السابق “مبديع”

 
الوطنية

تعليمات بإعتقال مسؤولين وموظفين بوزارة الخارجية إختلسوا الملايين


مدينة قلعة السراغنة : مفتش شرطة اضطر لاستخدام سلاحه الوظيفي بشكل تحذيري


الملك محمد السادس يتلقى دعوة الجزائر لحضور القمة العربية


مجزرة "الماحيا"... ارتفاع عدد ضحايا الماحيا ل 14 قتيل بالقصر الكبير


الأميرة سلمى تظهر في مدينة أصيلة وتبادل الناس التحايا والابتسامات

 
أدسنس
 
خدمة rss
 

»  rss الأخبار

 
 

»  rss صوت وصورة

 
 
 


Une flambée des prix de bétail Par : Moumni Amro
 
أضف المقال إلى :
yahoo Facebook yahoo Twitter Myspace delicious Live Google

أضيف في 08 غشت 2022 الساعة 46 : 13


Une flambée des prix de bétail

 

 

Par : Moumni Amro

 

 


En allant au marché un beau matin du mois de juin qui vint de s’écouler, j’avais rencontré sur mon chemin des groupes de gens qui jasaient comme des pies. Ils parlaient tous à la fois comme si une guerre allait éclater. C’était effarant, écrasant

Certains marchaient en se bousculant, d’autres riaient aux éclats. C’était pour moi surprenant, impressionnant ! Quelle

démence ! Mon cœur se mit à battre promptement. Une nuée d’idées obscures embrumaient ma mémoire. Je trouvais

des difficultés à avancer même d’un pas. Le sang commençait à fourmiller dans mes veines. Un blocage musculaire

m’empêcha des fois à faire de vaines démarches. Mes poumons se gonflaient d’emblée. Après un repos de quelques

minutes sous l’ombre d’un arbre, je me mis en route vers le souk en hâtant un peu le pas. On affluait de partout. Je me

posais à tout le temps un tas de questions. Pourquoi ces gens se rassemblent-ils çà et là ? Est-ce une préparation pour

les élections ou est-ce des préparatifs de guerre ? J’ignorais totalement le curieux de l’affaire. Je voulais savoir de quoi

il s’agissait. J’essuyais la sueur qui coulait sur mon visage car il faisait une chaleur torride comme si on était en plein été

Me voilà maintenant devant une foule qui colportait de fausses nouvelles qui ne causaient que des ennuis, que du bluff

Chacun parlait à sa façon. On gesticulait, on racontait des choses surannées. C’était comme des menaces. (Vous allez voir, vous allez le payer cher, attendez que les alouettes tombent toutes rôties, vous allez tous broyer du noir. On ne

parlait que de la fête de laid el Kabîr. On ne pensait qu’à la journée où on allait voir la bête qu’on devrait acheter selon l’argent qu’on portait dans sa veste. Le débat était houleux, une affaire de conséquence. C’était une chaude affaire à dire vrai. Tout le monde était affairé, fâcheux. C’était pour la majorité des gens un combat ardent. E n m’approchant d’une parcelle de terre immensément large, j’aperçus un nouveau monde qui faisait la navette au milieu de plusieurs moutons qui avaient été réservés à la vente, dès le début. On discutait les prix rudement. Le soleil tombait d’aplomb, la chaleur

asphyxiante étouffait les gens. Le souk grouillait de monde. La vente bestiale augmentait automatiquement. Des fois,

elle baissait comme un fleuve. Chacun achetait sa proie selon l’argent qu’il possédait. A chaque moment, je me trouvais a au milieu d’une autre cohue. On dirait (Un magasin qui fait foule) j’avais un rendez-vous avec un ami qui m’avait promis

de venir m’aider à m’acheter un mouton d’après le montant de mon argent. Alors il fallait croquer toujours le marm

A cause du brouhaha, je n’entendais absolument rien, j’avais les oreilles bouchées, la tête lourde. Le temps se passait vite

Je devais courir ma chance pour acheter moi aussi ma bête dont je rêvais depuis une année mais tout était ruineux. Mon

visage ruisselait de sueur. Quelle imbibition ! Je cherchais un moyen d’échapper à la bouffée mais en vain. J’étais comme

un insecte qui voulait échapper à la vue. Puis avec un grand effort, j’avais pu enfin sortir de ce labyrinthe. J’étais comme un prisonnier qui vint de s’évader de son cachot car l’argent que je portais ne me suffisait pas à acheter le mouton parce que la cherté des prix avait dépassé les limites extrêmes. Alors il fallait attendre les jours suivants. Peut-être les ventes

seraient en baisse. Personne ne savait ce que l’avenir allait nous réserver. Les gardiens des bêtes se montraient fâchés, pointilleux. Ils défiguraient quiconque mettait sa main sur le dos de son animal. Certains refusaient même de répondre aux questions de leurs clients .Avec des mots crus, le regard hallucinant, ils faisaient la sourde oreille. (J’avais entendu un berger dire aux paysans : (A quoi sert de parler sans motif, le prix est fixe ; ne continuez pas à nous agacer chers clients

s’il vous plait, celui qui n’a pas envie d’acheter ne caresse pas la bête car s’il la touche maintes fois, elle perdra sans nul doute son équilibre. Alors il vaut mieux qu’il s’éloigne au lieu d’effarer les bêtes. Soudain, j’aperçus de gros moutons corpulents comme des bœufs se donner de vive force des coups de cornes. Personne ne pouvait les séparer car ils étaient

prêts tous les deux à encorner quiconque s’approcha d’eux. Mais armés de longs bâtons flexibles comme des cravaches

deux paysans arrivèrent à l’instant, commencèrent à les fouetter et arrivèrent à les découpler en peu de temps. Bravo !

Les fellahs étaient des éleveurs robustes. Sans leur intervention, les deux bêtes se seraient tuées .En fin de compte,

chaque berger prit son bélier par les cornes et l’emmena ailleurs. C’était pour le vendre ou pour le garder avec ses

compagnons .j’étais devenu sourd. Je n’entendais absolument rien à cause du bêlement du bétail .Quelle musique

affreuse ! C’était un vrai cassement de tète. Les chèvres, les brebis, tout béguetait. Quel chevrotement ! Les preneurs

tâtonnaient la bête qu’ils voulaient acheter en discutant son prix rudement .Mais avant, ils la soulevaient, lui passaient la main en dessous, lui ouvraient la gueule tout grand, jetèrent un coup d’œil à l’intérieur de ses babines, lui touchaient les oreilles, la queue, les yeux, les cornes et même les pattes. Après ce contrôle strict, vint le tour de son prix. La vente n’était pas discutable. Je me posais très souvent un amas de questions : est-ce une année de disette ? Pourquoi toute

cette croissance de prix ? Il a été dit celui qui n’a pas d’argent en poche qu’il ait au moins du miel en bouche)

(Morte la bête, mort le venin) a dit un ancien adage. Quel malheur ! Avec un peu d’espoir, le besogneux participera lui

lui aussi avec ses camarades déplorables au grand Baïram In- cha-Allah. Notre grand Seigneur ne va démunir personne

Voilà une personne qui avançait avec une poignée de terre dans l’une de ses mains. Il ne tardait pas à en parsemer le

dos d’un mouton tondu de frais. Ce signe voulait dire que l’animal a été vendu à l’avance. Je n’oublie pas le rôle de la

femme. Elle était toujours du côté de l’homme. Elle va, elle vient, elle cherche, elle choisit, elle marchande, elle achète, elle paie en tonitruant comme une indienne. Je fus éberlué devant cette scène magique. Bravo chère dame ! Et mille fois bravo. Tu es vraiment capable de faire cela, tu es incontestablement apte à tout. Garde ton courage continûment.

Voilà mon meilleur conseil que je te donne. J’avais la tête lourde à cause du bourdonnement. Quel froissement ! J’avais le visage baigné de sueur, ma mémoire bouillonnait de colère. La bête que je désirais ardemment n’était pas encore arrivée. Alors il fallait faire le pied de grue. N’était-ce pas une effervescence populaire ? Quel effroi ! Il a été dit qu’avec un peu de patience tout s’arrangera. Va-t-on donc célébrer la fête comme les années précédentes ? Que va-ton faire pour triompher de ces difficultés qui sont un embarras pour les gens qui manquent d’argent ? C’était pour la majorité des

individus des jours sinistres et miséreux. Avec une somme d’argent médiocre on ne pouvait acheter qu’une brebis maigre et chétive. Quelle surprise désagréable ! C’était le citoyen qui avait subi les contrecoups. Perdu dans ses réflexions, il alla

voir dans un autre coin. L’air triste, celui-ci avança parfois en rampant. Il ne savait à qui se plaindre. Quelle avanie ! Il cherchait à tâtons son mouton qu’il allait offrir en sacrifice comme tous les musulmans .la vente du bétail augmentait graduellement. Le pauvre client claquait des dents. (Vais-je participer moi aussi à la fête minutieuse ?) dit-il en son for intérieur. Il voyait le jour du sacrifice comme un empire gigantesque ou comme l’altitude d’une haute montagne. C’était

à ses yeux un long chemin interminable. Un copain m’avait dit qu’il avait serré mille fois la ceinture de son pantalo

Il disait qu’il était comparable à un détenu à qui on passait une barre de fer dans la bouche avant de le fouetter. Cela

signifiait que les gardiens du bétail traitaient les gens cavalièrement, sans oser même le regarder. Quelle arrogance !

Chaque fois qu’on entendait un fellah appeler les gens à s’approcher de ses bêtes, on arrivait à toutes jambes de tous les

endroits mais hélas ! Les montants allaient à tout le temps en croissance. C’était dommage ! Quel redoublement !

C’était le pilier d’une croissance durable, c’était la lourdeur de la peine. Malgré qu’il fût choqué, l’acheteur ne perdait

pas l’espoir. Il continuait à chercher sa proie si l’expression convient ici comme un lion affamé. Il avait décidé qu’il ne

revenait plus chez lui bredouille. Toujours rechigné, il alla à la ronde, commença à disperser les troupeaux de moutons

à la hâte. Incapable de disperser le rassemblement, il doublait ses efforts afin de faire disparaitre ses craintes, son émoi.

Le brouillard vint d’échapper à ses regards. Aura-t-il encore une chance ? Pourquoi pas ? On dit : (qui cherche trouve)

C’était pour lui et pour nous tous une occasion agréable. (Sois –nous propice cher berger) ne nous mets pas l ‘épée dans les reins .Quelques citoyens se faufilaient encore à travers le bétail ; d’autres passaient comme les éclairs. On entendait de très loin l’écho bavard des voix des maitres de bétail qui résonnait mal dans les têtes de tout le monde. C’était des

moments catastrophiques pour les gens qui n’avaient pas beaucoup d’argent, qui voulaient qu’on leur vint en aide.

C’était pour ce genre de derviches un coup très dur dont ils souffraient atrocement. Cette année avait été différente à Celles d’antan. On faisait la vente à la criée comme les marchands de poissons. On riait à se scier la gorge. Les pasteurs appelaient les citoyens à venir choisir la bête qu’ils désiraient acheter.je vous apprends chers lecteurs et chères lectrices que le jour de la fête, les priants se sont dirigés hommes et dames en compagnie même de leurs enfants vers l’oratoire habillés tous de vêtements neufs pour y faire la prière de l’Aïd el Kabîr, c’est-à dire y accomplir le devoir religieux. Après l’achèvement de ce service consciencieux, on s’embrassait, on se serrait la main, on se pardonnait ; des fois on pleurait pour avoir fait du mal à quelqu’un. Enfin chacun retournait chez lui pour immoler. C’était la fin de l’événement qui était

 

pour moi comme un conte de fées. Je continue mon historiette. C’était tout à fait un fait divers mais tout s’était passé comme dans un rêve. Aux yeux de l’avenir, c’était des heures cuisantes. Le film de la mésaventure était catastrophique à dire vrai. Tout a été fait le plus vite possible. Malgré les inconvénients suivis de moments horribles tout allait droit au but. Les fellahs se sont agités car c’était pour eux un feu d’enfer et pour les nécessiteux un coup de foudre. Quand on manque d’argent, on voit tout en noir. On se sent sur la braise comme un malade qui sent le sapin. S’il s’écarte du bon chemin, il ne sera jamais en sentinelle. On dit qu’il faut toujours utiliser de l’eau bouillante pour boire un bon verre de thé

Sinon, c’est l’effarement ! C’est l’effondrement de ses espérances. La situation deviendra une chose stérile à laquelle on ne trouvera plus de solution. Elle nous fera souffrir de l’acuité de la douleur car l’acerbité des paroles à mon avis n’est rien. C’est comme la pomme d’Adam ; on peut la rejeter sans peine. Il a été dit que si l’argent manque quelqu’un que celui-ci cherche, essaie, tente sa chance, ne se laisse pas vivre dans la dissipation car la dissémination des idées lui

ouvriront la voie pour le mener vers un bon avenir comme on conduit un enfant à l’école. Ores ce sera la conduite au

désespoir. Voici un petit conseil que je te donne cher lecteur : conduis bien ta barque avant que l’insouciance ne te

conduise à la ruine. Je te garantis une vie pleine comme un œuf. Alors il ne faut pas compter sur les protestations

platoniques. Elles ne te serviront à rien. Ne perds pas l’occasion. Ne mène pas ta vie à grandes guides, ou ne conduis pas à grandes guides. Remets-toi, ne t’inquiète pas ; la vie est ainsi faite. Passe la vie selon tes besoins. Voilà c’est tout. La fête s’est passée, le tambour a battu mais l’histoire restera ancrée dans notre mémoire tant que le cœur nous battra. On dit : Après la pluie, le beau temps. Après la tristesse vient la joie. Les jours passent chaque jour. Le bateau a coulé comme le sang qui coule dans les veines ; plus de plainte maintenant, tout a été bien réglé, bien organisé. Le prophète Ibrahim avait

répondu à l’appel de son Seigneur, son fils Ismail lui avait obéi mais avant de lui couper la gorge, Dieu lui envoya un

gros mouton du Paradis C’était un bouc émissaire .quelle protection ! Quel soutien ! Si le prophète avait massacré son

fidèle fils, le dé serait jeté jusqu’à nos jours ou plutôt jusqu’au jour de la résurrection. Soyons sûrs et certains. On nous aurait abattus d’âge en âge comme l’aigle qui s’abattit sur sa proie. Chaque année des millions de personnes auraient donné leur vie obligatoirement à cause de ce service religieux. L’immolation serait un acte de soumission, d’obéissance, de discipline. Personne ne pouvait refuser de se sacrifier à cette noble cause. Nous remercions infiniment le bon Dieu

qui avait pitié de ses créatures en leur sauvant la vie jusqu’à la fin de ce monde. Avant de conclure mon histoire, je vous rappelle chers lecteurs et chères lectrices que la vente des bêtes à cor et à cri avait filé la venelle. Plus d’émoi, plus de soucis , plus d’emmêlement pour le moment. Les rivières ont repris leurs cours, les citoyens se sont réconciliés comme si de rien n’était. Dieu merci pour nous avoir sauvés de tous les périls qui menaçaient notre vie humaine. Dieu me pardonne Ce qu’a vu Ibrahim en songe a été une réalité. C’était pour lui un essai, une épreuve de la part seigneuriale .Le bon Dieu avait sauvé l’âme de son fils en lui offrant un mouton qui était un moyen efficace par lequel Ibrahim avait atteint son but

 

 

 

Ecrivain : Moumni A, Enseignant retraité, Demeurant à Zaio, Province de Nador ; (Maroc)

 

 

 

 

 



4639

0






 

 

 

 

 

 

 

 

أضف تعليقك على الخبر
* كاتب التعليق
* عنوان التعليق
  * الدولة
* التعليق



Une flambée des prix de bétail Par : Moumni Amro

Une flambée des prix de bétail Par : Moumni Amro





 
جريدتنا بالفايس بوك
 
كتاب و أراء

الصيف خرف ، و النار "ڭداة " وقضت ! كتب يوسف بولجراف


هيجل وفنومينولوجيا الروح بين منهج الديالكتيك ومغامرة الوعي لقلم :د زهير الخويلدي


لاقطو النبق..أطفال يحاولون تأمين حاجياتهم المدرسية ببيع


اعتزام "جمهورية القبايل" فتح قنصلية بالداخلة! بقلم : اسماعيل الحلوتي


شكوك معقولة إزاء القمة العربية في الجزائر! الكاتب د. :عبد الحميد جماهري


فلتسعد "العصابة" بانتصاراتها الزائفة والمخجلة! بقلم : اسماعيل الحلوتي


هذه تحديات الدخول المدرسي الجديد، فمن يرفعها 2/2 بقلم :الحبيب عكي

 
السيرة الذاتية :"انفجار الماضي "كتبها : الأستاذ الكبير : ذ. محــمد همشــــة // الجزء ـــ2 ـــ

إنفجار الماضي : الجزء الثاني ( الحلقة السادس والسابعة ..) . الكاتب د.: محــمد همــشة

 
التعازي والوفيات

أزيــلال :" ياسين محماد " موظف بمديرية التجهيز ، يغادرنا الى دار البقاء


ازيلال : تعزية ومواساة في وفاة المشمول برحمته " الحاج لحسن ايت شطو " ..

 
نداء إلى أهل الخير والإحسان

نداء إلى المحسنات و المحسنين ذوي القلوب الطيبة : ارجاع البسمة الى وجه هذه الطفلة والفرحة الى العائلة

 
إعلان
 
موقع صديق
 
أخبار دوليــة

بسبب “ياسمين”.. مافيا هولندية تحرق سيارة اللاعب المغربي “إحتارين” الفارهة مباشرة بعد زواجه


اليمين المتطرف يهيمن في الانتخابات التشريعية الإيطالية

 
أنشـطـة نقابية

ممارسات لا أخلاقية وطرد تعسفي وحكرة في حق موظفين ببرنامج القصور والقصبات بوزارة السكنى بطلها مدير البرنامج

 
النشرة البريدية

 
القائمة الرئيسية
 

» الرئيسية

 
 

»  صوت وصورة

 
 

»  كاريكاتير و صورة

 
 

»  الأخبار المحلية

 
 

»  الجهوية

 
 

»  الوطنية

 
 

»  الرياضــــــــــــــــــــة

 
 

»  الحوادث

 
 

»  كتاب و أراء

 
 

»  التعازي والوفيات

 
 

»  أنشـطـة نقابية

 
 

»  أخبار دوليــة

 
 

»  الجريــمة والعقاب

 
 

»  السيرة الذاتية :"انفجار الماضي "كتبها : الأستاذ الكبير : ذ. محــمد همشــــة // الجزء ـــ2 ـــ

 
 

»  نداء إلى أهل الخير والإحسان

 
 
خدمات الجريدة
 

»   مواقع صديقة

 
 

»   سجل الزوار

 
 
أدسنس
 

 

 

 

 شركة وصلة